Réduire l'empreinte carbone du Groupe

Alstom suit séparément les émissions de gaz à effet de serre selon leurs origines :

  • consommation d'énergie incluant les sources d'émissions directes et indirectes telles que la consommation de gaz et d'électricité respectivement,
  • déplacements professionnels (air, trains, voitures,...),
  • émissions fugitives d'hydrofluorocarbures (HFC) (Ktonnes CO2 éq).

Dans son nouveau périmètre, Alstom ne génère pas d'émissions fugitives de SF6.

Alstom s'est désormais fixé un objectif de réduction de 10% de l'intensité des émissions de GES provenant de la consommation d'énergie (par rapport à 2014) d'ici 2020.

Les émissions directes et indirectes de CO2 d'Alstom liées à la consommation d’énergie ont baissé de façon notable depuis 2014. L’intensité des émissions des GES suit la même tendance que l’intensité énergétique. Les actions de réduction des consommations énergétiques mises en œuvre dans le cadre du plan énergie déployé par Alstom en 2016 ont permis de réduire les émissions de GES.

À fin 2016, l’intensité des émissions de GES provenant des consommations d’énergie a diminué de 15 % par rapport à 2015 et de 17 % par rapport à 2014.

Gaz à effet de serre

 

Utilisation d'énergies renouvelables

Alstom a signé des contrats pour l’approvisionnement en électricité provenant de sources d’énergie renouvelables (dans les cas où cet approvisionnement est économiquement viable). Alstom est entièrement alimenté en électricité verte au Royaume-Uni ainsi qu’en Belgique. En France tous les sites, sauf celui de Petit-Quevilly, étaient au 31 décembre 2015 alimentés par au moins 30 % d’énergie d’origine renouvelable. En Allemagne, l’ensemble des sites est alimenté par plus de 30 % d’énergie verte.