Nous avons vu très tôt, alors que la norme était en cours d’élaboration, que lancer Alstom dans la certification serait une expression interne et externe d’engagement et d’autodiscipline. 

Pierrick le Goff Senior Vice-Président et Directeur juridique d'Alstom

Alstom précurseur en matière de lutte contre la corruption

21/12/2017

En 2017, Alstom a été reconnu comme un pionnier de l’industrie en matière de lutte contre la corruption, et pas seulement dans le secteur du transport ferroviaire. L’occasion de revenir, avec Pierrick Le Goff, Directeur juridique d’Alstom, sur l’actualité d’Alstom en la matière. 

En juin 2017, Alstom a obtenu la certification ISO 37001, une nouvelle norme internationale qui vise à prévenir la corruption dans les affaires. Le groupe fut une des premières entreprises au monde à recevoir cette certification. En octobre, Pierrick Le Goff, Directeur juridique d’Alstom, était invité à prononcer, à Washington D.C., le discours d’ouverture de l’IFBEC 2017, le Forum international sur la conduite éthique des affaires pour les secteurs de l’aérospatial et de la défense, devant un parterre de grandes entreprises comme Airbus, Lockheed Martin, Boeing et BAE Systems. Enfin, deux semaines plus tard, Alstom remportait deux trophées aux Trophées du droit 2017 organisés à Paris : l’Argent pour le « Meilleur service juridique » dans le secteur industriel, et l’Or pour le « Service juridique le plus innovant », tous secteurs confondus.

Comment avez-vous été amené à prononcer le discours d’ouverture du forum aérospatial et défense ?  
Alstom a une connaissance unique du processus d’obtention et des effets escomptés de la certification ISO 37001 qui est très récente. Aucune des entreprises de l’IFBEC ne la détient pour l’instant et, bien qu’Alstom soit un acteur ferroviaire, elles nous voient comparables en termes de taille, d’empreinte, de logistique, de domaines technico-industriels et de facteurs de risques. Elles s’interrogent sur les défis et les bénéfices de cette certification. Comme c’est le cas dans l’aérospatial et la défense, Alstom procède par appels d’offres, souvent avec des entités publiques. Et les membres de l’IFBEC s’interrogent sur le fait que la norme ISO 37001 puisse devenir une condition préalable aux appels d’offres.

Quels ont été vos messages ? 
Mon intervention a duré plus de 45 minutes... Je vais donc essayer d’être bref ! S’agissant des conditions d’appels d’offres, je ne suis pas devin, mais c’était clairement un sujet de préoccupation pour Alstom aussi. J’ai expliqué à l’IFBEC que, selon moi, à court terme, une certification permettrait, tout au moins, à une entreprise de gagner des points supplémentaires, surtout dans les questionnaires liés à l’éthique et la conformité. Sur le moyen à long terme, je vois un effet boule de neige. Dans le contexte d’une lutte mondiale contre la corruption, ce serait logique. Bien plus important pour l’instant, à mon sens, sont les avantages apportés par le processus de certification lui-même.

C’est-à-dire ?
L’AFNOR est davantage reconnue comme un expert de la certification que de la conformité. C’était un choix judicieux pour Alstom en raison de la perspective que cela nous donnait. J’ai expliqué à l’IFBEC que, même avec un Code d’Éthique exhaustif et une organisation Ethique & Conformité avancée comme en dispose Alstom, rien ne dit que la certification ISO 37001 sera attribuée sans discussion. Il faut de la préparation et de l’organisation, une déclaration claire de la mission E&C et des outils efficaces pour l’appuyer. Par exemple, nous avons réalisé rapidement que nous étions davantage des experts du déploiement que de la performance. Le but de la certification est de mesurer la performance. Pour cela, il vous faut des KPIs appropriés. Nous avons proposé le nombre de collaborateurs formés ou le nombre d’alertes enregistrées via nos systèmes. Il est devenu évident en travaillant avec l’AFNOR que, tout en étant des indicateurs positifs, ils ne faisaient en fait que montrer les niveaux de déploiement de nos mesures anti-corruption.

Quel fut le conseil de l’AFNOR ?
Dans ce cas précis, nous avons établi qu’il serait plus utile de se pencher sur la proportion d’alertes enregistrées de manière anonyme, comme notre système le permet. Un faible taux d’alertes anonymes témoigne d’une grande confiance dans le système ; c’est un signe qu’il fonctionne correctement et qu’il a un impact sur la culture et le comportement des collaborateurs. C’est là le véritable objectif d’un cadre Éthique & Conformité. Beaucoup d’autres exemples de ce type sont sortis du processus d’audit.

Pourquoi Alstom a choisi d’adopter très tôt l’ISO 37001 ?
Alstom a un principe d’amélioration continue, et l’obtention de la certification ISO 37001 était donc la suite logique pour l’E&C. Nous avons vu très tôt, alors que la norme était en cours d’élaboration, que lancer Alstom dans la certification serait une expression interne et externe d’engagement et d’autodiscipline. La Certification ISO est le début de quelque chose et non une fin en soi. Pour rappel, les entreprises sont régulièrement soumises à des audits pour conserver la certification. Pour notre part, nous avons l’intention d’étendre la certification à toutes nos régions.

Est-ce que le partage d’expérience entre secteurs, comme votre intervention à l’IFBEC, sera amené à s’intensifier ?
Oui, pour l’instant les retours d’expérience sont très rares puisque peu d’entreprises ont été certifiées. La lutte contre la corruption passe avant toute chose et je suis heureux qu’une nouvelle norme internationale mette désormais en avant cette question. Je suis fier qu’Alstom soit pionnier sur une question aussi critique qui concerne tous les secteurs d’activités.

Pour finir, félicitations pour les prix obtenus aux Trophées du Droit 2017 (Leaders League Legal Awards 2017). La certification ISO 37001 y est-elle pour quelque chose ?  
Oui, absolument. Nous étions ravis de recevoir le Trophée d’Argent pour la seconde année de suite, et plus encore d’obtenir le Trophée d’Or dans une catégorie qui est en parfait accord avec l’objectif 2020 d’Alstom en matière d’innovation. La raison principale invoquée par le jury pour attribuer le Trophée d’Or a été le travail précurseur d’Alstom pour la certification ISO 37001. C’est le fruit d’une bonne collaboration et je remercie tous les membres de nos équipes Juridique & Conformité pour ce résultat exceptionnel!